Les lieux culturels qui rouvriront leurs portes à partir de la semaine prochaine malgré l'interdiction actuelle pour cause de pandémie ne seront pas privés de leurs subventions, a indiqué vendredi la ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard."Il est hors de question de retirer des subventions à des opérateurs culturels", a martelé vendredi la ministre Ecolo sur les ondes de Bel-RTL où il lui était demandé si elle sanctionnerait les frondeurs. Pour Mme Linard, le secteur culturel se manifeste "à juste titre". "Ils ont raison de se faire entendre", selon elle. A quelques heures d'un nouveau comité de concertation (Codeco) qui doit se pencher sur le sort d'un secteur culturel à l'arrêt depuis plus de six mois, la ministre francophone a jugé que la culture est la solution aux problèmes de santé mentale constatés aujourd'hui à la suite des mesures de confinement, mais qu'une réouverture avait aussi un sens à l'aune de la santé publique. Fatigués des mesures sanitaires, les Belges se déconfinent d'eux-mêmes. Il est dès lors préférable que ce relâchement se fasse dans des lieux culturels dans le respect de protocoles sanitaires stricts plutôt que de manière incontrôlée, a plaidé Mme Linard. Interrogée pour savoir si elle assisterait elle-même à l'un des spectacles proposés par les artistes rebelles, Mme Linard a répondu par la négative. "En tant que ministre, je dois respecter les règles", a-t-elle dit. Dans la foulée du mouvement "Still Standing for Culture", quelque 80 lieux culturels ont annoncé qu'ils allaient reprendre sans attendre un feu vert du Codeco leur programmation et braver l'interdiction d'ouvrir. Les institutions concernées -parmi lesquelles le Théâtre national, les théâtres de Poche, Le Public, de l'Ancre ou encore les cinémas Galeries, Palace, Vendôme, Quai 10, etc.- proposeront de multiples activités entre le 30 avril et le 8 mai, dans le respect des protocoles sanitaires. Plusieurs établissements horeca ont eux aussi annoncé leur volonté de rouvrir leurs terrasses dès le 1er mai, et non le 8 comme décidé par les autorités. S'ils bravent effectivement cet interdit, les cafetiers et restaurateurs insoumis seront privés du double droit passerelle auxquels ils ont droit, a averti cette semaine le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. (Belga)