Les cinq mouvements de jeunesse francophones ont présenté mercredi, sur le camp du Patro de Rhisnes à Ellezelles, les transformations adoptées cet été pour respecter les règles liées à la crise du coronavirus. Quelque 2.600 camps seront organisés à partir de ce 1er juillet, en légère baisse par rapport à l'année dernière, pour environ 100.000 jeunes. Comme de nombreux autres secteurs, les mouvements de jeunesse se sont adaptés aux règles de lutte contre la propagation du Covid-19 afin d'organiser les camps d'été, qui doivent se limiter à 50 personnes. A Ellezelles, le Patro de Rhisnes a ainsi installé un camp constitué de plusieurs "bulles" séparées. "Dans ce cas-ci, trois 'bulles' de maximum 50 personnes se trouvent sur le même terrain mais à des endroits séparés et ne rentreront pas en contact entre elles", illustre Adrien Mogenet, porte-parole des Scouts. "Deux 'bulles' supplémentaires ont également été mises en place pour l'intendance et le nettoyage." Une zone de quarantaine est par ailleurs prévue en cas de suspicion d'infection. Au sein de ces groupes, d'autres mesures d'hygiène sont respectées comme le lavage régulier des mains et l'utilisation de gel hydro-alcoolique. Les contacts avec l'extérieur sont également évités. "A l'intérieur d'une' bulle', les contraintes sont finalement peu nombreuses et on peut donc avoir une vie de camp relativement normale", ajoute Adrien Mogenet. "Par contre, les excursions dans les villages ne sont par exemple pas autorisées. Mais il est toujours possible de se rendre une journée sur un autre terrain ou dans un bois, avant de revenir sur le camp pour y passer la nuit." Cet été, les cinq mouvements de jeunesse francophones (Scouts, Fédération Nationale des Patros, Guides, Scouts et Guides pluralistes de Belgique et Faucons rouges) organiseront un total d'environ 2.600 camps, en diminution de 5% par rapport à l'année dernière. Quelque 100.000 jeunes y participeront. En Flandre, 3.200 camps d'été sont également prévus pour plus de 240.000 enfants. (Belga)