Tous les sapeurs-pompiers ambulanciers doivent être testés systématiquement pour le Sars-Cov-2, au même titre que les résidents et le personnel des maisons de repos, réclame jeudi le Syndicat libre de la fonction publique (SLFP). L'organisation demande aussi que les coûts de ces dépistages ne soient pas pris en charge par les zones de secours. Les sapeurs-pompiers ambulanciers argumentent qu'ils font partie des premiers intervenants face au virus et qu'ils font partie des personnes les plus à risques de contamination parce qu'ils ne peuvent éviter les contacts. "Nous pourrions porter secours à une personne saine qui s'est tordu le pied et la contaminer sans le savoir", s'insurge Eric Labourdette, représentant syndical SLFP pour les pompiers de Bruxelles. "Nous vivons aussi en collectivité dans les casernes, où il est impossible de travailler en respectant les distances de sécurité. Essayez d'être à six dans une autopompe à 1 mètre 50 de distance", dénonce-t-il. De son côté, l'Institut de santé publique Sciensano explique que les tests ne sont plus effectués selon certaines professions prioritaires. Les dépistages concernent désormais chaque citoyen qui présente les symptômes du Covid-19. Devoir contacter son médecin généraliste et prendre en charge le dépistage soi-même est inacceptable pour les pompiers. "C'est l'employeur qui est responsable", revendique Eric Labourdette. La Belgique compte 6.200 pompiers professionnels et 12.000 volontaires, "donc même pas 20.000 personnes à tester rapidement", observe le SLFP. (Belga)