Les autorités indonésiennes ont déployé mardi un millier de secouristes supplémentaires, ainsi que du matériel additionnel pour tenter de retrouver les corps des victimes et les boîtes noires d'un Boeing de la compagnie à bas prix Sriwijaya Air qui s'est abîmé samedi au large de l'Indonésie avec 62 personnes à bord.Mardi, 3.600 personnes étaient mobilisées par les opérations de recherches, soit un millier de plus que la veille. Un bateau équipé d'un sonar sous-marin a également rejoint la dizaine de navires déjà sur le pont, a précisé le chef des opérations au sein de l'agence nationale de recherches et sauvetages. "Nous espérons maximiser de la sorte la détection sous l'eau, aidés par une météo favorable", a-t-il ajouté. La police a identifié lundi la première victime du crash grâce à l'empreinte digitale d'une de ses mains remontée à la surface. Les recherches ont permis de remonter plusieurs pièces de l'appareil, dont une turbine de moteur endommagée, et des restes humains. Dimanche, l'armée avait indiqué avoir localisé deux signaux en provenance des boîtes noires de l'avion, qui enregistrent les données de vol et les conversations dans le cockpit. Leur analyse doit aider à faire la lumière sur les raisons du crash. Des véhicules pilotés à distance devront récupérer les boîtes noires, a indiqué le chef des opérations. Le directeur du Comité national pour la sécurité dans les transports, Soerijanto Tjahjono, a précisé que l'avion s'était désintégré au moment de l'impact avec la mer. Rien n'indique des dégâts préexistants au choc. "Nous avons retrouvé un ventilateur abîmé appartenant au moteur et des lames de turbine, ce qui semble indiquer que les moteurs tournaient à plein régime au moment de l'impact", a souligné Soerijanto Tjahjono. Le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air effectuait une liaison intérieure de 90 minutes pour rejoindre Pontianak, sur l'île de Bornéo. Un enregistrement des communications de l'équipage avec les contrôleurs aériens révèle des dialogues de routine et aucun échange avant que l'appareil ne dévie fortement de sa trajectoire et plonge de quelque 10.000 pieds (3.000 mètres) en moins d'une minute en mer de Java. Le ministre des Transports a déclaré mardi que l'avion, vieux de 26 ans et exploité précédemment par Continental Airlines et United Airlines aux Etats-Unis, avait vu son certificat de navigabilité renouvelé jusque décembre 2021. "L'Autorité d'aviation civile a mené des inspections de routine avant l'attribution du certificat en novembre dernier", a précisé la porte-parole du ministre. C'est le premier accident mortel impliquant Sriwijaya depuis les débuts de la compagnie en 2003. Le secteur du transport aérien en Indonésie a toutefois régulièrement connu des tragédies ces dernières années et plusieurs compagnies aériennes de ce pays ont été interdites en Europe jusqu'en 2018. En octobre de la même année, 189 personnes avaient péri dans l'accident d'un Boeing 737 MAX exploité par Lion Air qui s'est aussi abîmé dans la mer de Java, douze minutes après son décollage de Jakarta. (Belga)