Les syndicats et le front du personnel "Iedereen VRT" du média public évoquent mercredi dans un communiqué une rupture de confiance entre le président du conseil d'administration, Luc Van den Brande, et le personnel. M. Van den Brande est en effet le seul à avoir reçu le rapport du médiateur qui avait été désigné à la VRT. Syndicats et sp.a, dans l'opposition, s'interrogent dès lors sur la base du licenciement de Paul Lembrechts, l'administrateur délégué, par le gouvernement flamand. Le rapport du médiateur concerne le différend entre Paul Lembrechts et le n°2 de la VRT, le directeur Production et Médias, Peter Claes. Ce rapport n'ayant été transmis qu'à Luc Van den Brande (CD&V), le parti d'opposition sp.a s'interroge sur les informations que détenait le ministre flamand des Médias, Benjamin Dalle, pour justifier le licenciement de M. Lembrechts. Les syndicats et "Iedereen VRT" demandent à ce que M. Van den Brande transmette l'intégralité du rapport au CEO ad interim, Leo Hellemans, au ministre Dalle, au conseil d'administration ainsi qu'à une personne de confiance issue du personnel. "La situation est trop grave pour des petits jeux politiques", estiment-ils. Devant le parlement flamand, le ministre Dalle a affirmé mercredi "ne pas avoir reçu" et "ne pas avoir demandé" ce rapport au médiateur. Selon lui, cette note n'a rien à voir avec la décision du gouvernement flamand d'évincer M. Lembrechts. Il a répété sa première justification, à savoir qu'il estimait que Paul Lembrechts "n'avait plus la crédibilité nécessaire" pour "réinstaurer la confiance". "Quand un CEO, à plusieurs reprises, n'est pas suivi par l'entièreté de son conseil d'administration sur des décisions stratégiques, alors il a un problème." Il a enfin estimé que le rapport contenait des informations "très personnelles" sur différentes personnes et qu'il serait dès lors déplacé de le rendre public. (Belga)