La facture pour les téléconsultations menées dans la foulée de la crise sanitaire du Covid-19 s'élève à 74 millions d'euros, selon les chiffres des remboursements de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami), cités dans les titres Sudpresse mercredi. L'Institut va entamer une concertation pour évaluer une réglementation durable au sujet des consultations à distance. Le recours aux consultations médicales à distance a été massif durant le confinement, plus de 3 millions d'avis ont été livrés par téléphone. Le coût pour l'assurance soins de santé s'élève à 60.557.575 euros pour la continuité des soins et à 13.694.325 pour le tri des patients. Au total, la facture monte à 74.251.900 euros. Même si la somme est élevée, pour les médecins et les patients, la téléconsulation doit être conservée. Selon Philippe Devos, président de l'Absym, c'est d'ailleurs un des grands points positifs de cette crise. "La crise sanitaire a permis la mise en route de la télémédecine qui pourra être utilisée pour l'avenir. (...) L'Absym, le syndicat des médecins, militait pour sa promotion depuis plus d'un an. Avec la pandémie, tout cela s'est rapidement mis en place". L'Inami étudie les informations recueillies durant le confinement et lancera avec les mutualités une enquête d'envergure auprès des citoyens qui ont participé à une consultation à distance. Sur base du rapport scientifique et des expériences vécues par les citoyens et médecins, une concertation sera organisée dans les prochaines semaines avec tous les partenaires concernés pour évaluer si une réglementation durable peut voir le jour pour ces consultations à distance. (Belga)