La pauvreté touche 14 millions de personnes au Royaume-Uni et augmente chez les travailleurs, les enfants et les retraités, relève une étude publiée vendredi.Ce constat de la fondation Joseph Rowntree tranche avec les chiffres officiels qui font état d'un taux de chômage sous les 4%, au plus bas en 45 ans malgré le ralentissement de l'activité économique sur fond de Brexit. Le rapport montre que nombre de travailleurs s'appauvrissent parce que leur rémunération et le nombre d'heures travaillées ne sont pas suffisants pour subsister. Les emplois précaires sont le revers de la médaille d'un taux de chômage au plus bas, comme l'illustre le recours croissant aux contrats précaires tels que les contrats "zéro heure", qui ne garantissent aucun minimum horaire. Au total, la moitié des individus touchés par la pauvreté vivent dans une famille de travailleurs, contre 39% il y a 20 ans. Quelque 4 millions d'enfants et 2 millions de retraités vivent dans le dénuement, soit une hausse respective de 400.000 et 300.000 personnes au cours des cinq dernières années. Les taux de pauvreté les plus élevés se trouvent à Londres, dans le nord et le centre de l'Angleterre, ainsi qu'au Pays de Galles. Ils sont les plus faibles dans le sud de l'Angleterre, l'Ecosse et l'Irlande du Nord. Selon les critères retenus par l'étude, une famille est considérée comme pauvre quand son revenu est inférieur de plus de 60% au revenu médian d'une famille similaire, une fois pris en compte le prix de l'immobilier. La fondation Joseph Rowntree appelle le gouvernement à agir pour améliorer la sécurité et la qualité de l'emploi. Elle explique que les aides sociales sont absolument essentielles pour lutter contre la pauvreté, tout comme le fait de rendre le logement plus abordable. De son côté, la confédération syndicale TUC a appelé les pouvoirs publics à en finir avec les emplois les plus précaires. "Les contrats zéro heure doivent être interdits et le salaire minimum doit atteindre immédiatement au moins 10 livres de l'heure", selon sa secrétaire générale Frances O'Grady. Le gouvernement, qui va porter le salaire minimum à 8,72 livres l'heure à partir d'avril, martèle quant à lui que la lutte contre la pauvreté reste une priorité. "Nous savons qu'avoir un emploi est le meilleur moyen de sortir de la pauvreté (...). Les salaires augmentent plus que l'inflation et l'extrême pauvreté est plus faible qu'en 2010", assure un porte-parole du ministère du Travail. (Belga)