Le président et propriétaire de Lille Gerard Lopez, également propriétaire de Mouscron, a confirmé mercredi qu'il examinait une offre de rachat du club leader du Championnat de France, sur fond de situation financière plombée par la crise sanitaire."J'analyse l'offre de rachat que j'ai reçue", a écrit mercredi à l'AFP Gerard Lopez, précisant que si la vente se réalisait il se désengagerait "totalement" du club nordiste. L'homme d'affaires hispano-luxembourgeois a confirmé les discussions en cours révélées par L'Equipe avec un fonds d'investissement domicilié au Luxembourg, Merlyn Partners, affirmant qu'il allait "examiner cette proposition avec attention et dans les meilleurs délais". Près de quatre ans après avoir racheté le club à Michel Seydoux, Gerard Lopez serait contraint de revendre le LOSC sous la pression du fonds d'investissement américain Elliott Management, son principal créancier, à qui il n'aurait remboursé que 102 des 225 millions d'euros empruntés, selon le quotidien sportif L'Equipe. Selon le quotidien sportif français, ce changement d'actionnariat pourrait ainsi placer à la tête du club lillois l'ancien directeur sportif du PSG (2012-2017) et président de Rennes (2017-2020) Olivier Létang. Cette crise de gouvernance intervient paradoxalement au moment où Lille semble le plus solide sportivement, avec une première place en championnat et une qualification obtenue pour les 16e de finale de l'Europa League après une victoire 3-0 contre l'AC Milan... un club qui appartient à Elliott Management. Cela pourrait d'ailleurs poser un problème puisque deux clubs détenus par une même entité ne peuvent pas participer en même temps à des compétitions européennes. C'est là que pourrait entrer en jeu la banque américaine JP Morgan, qui a déjà investi dans le LOSC ces dernières années. En 2018, elle avait en effet racheté entre 50 et 60 millions d'euros d'obligations émises par Elliott. En d'autres termes, une partie de la dette du club contractée auprès du fonds d'investissement. (Belga)