Un match nul (2-2) mais deux entraîneurs à l'humeur bien différente se sont présentés en conférence de presse à l'issue du duel entre le Real Madrid et le Club de Bruges pour le compte de la 2e journée de la Ligue des Champions de football, mardi dans le groupe A. "Nous avons pris deux buts risibles. Ce genre de première période, cela peut arriver, ce n'est pas une question d'envie. On connaît la Ligue des champions et on savait qu'il fallait engranger les trois points", a lâché Zinedine Zidane qui a souligné cependant la réaction de son équipe menée 0-2 à la mi-temps. "Ce sont deux points de perdus en première période, ou même trois, et après c'est un point de gagné en deuxième période avec la réaction. (...) Quand on me dit que ce serait un manque d'envie... Si on n'a pas envie, il faut qu'on arrête. C'est juste qu'on n'est pas rentrés dans le match concentrés comme il fallait. Il suffit d'un but, d'une action pour l'équipe adverse, après c'est fini: les mecs ils arrivent ici, ils n'y ont jamais joué, ils se disent: 'Je ne vais rien lâcher'. Et après c'est compliqué pour revenir. C'est pour ça que je retiens la réaction, la deuxième période, ce n'est pas facile ce qu'on a fait. (Sur les difficultés du Real face aux petites équipes) Aujourd'hui il n'y a plus de petites équipes. En Ligue des champions, n'importe qui est capable de battre n'importe qui, on l'a vu l'an dernier, cette année et encore ce soir. C'est dur pour gagner des matches. Si tu ne rentres pas bien dans un match, tu peux être vite en difficulté. Le 2-0, qu'est-ce qu'ils ont fait ? Ils sont partis deux fois (dans l'espace) et ils ont mis deux buts. Qu'est-ce qu'ils ont fait de plus ? Rien. Ils n'ont absolument rien fait. C'est la réalité du football, ça peut arriver. Mais après (...) il y a eu une réaction, elle a été bonne, et c'est sur ça qu'il faut s'appuyer." Philippe Clément pouvait regretter de n'avoir pu gérer cette avance de deux buts, mais savourait cependant un match nul historique pour son équipe. "Ce nul, c'est déjà quelque chose d'historique, le match est historique, le point est historique, notre façon de jouer aussi", a commenté l'entraîneur des Blauw & Zwart. "Une équipe belge jouant ainsi contre le Real Madrid, c'est déjà incroyable même si on n'a pas pris les trois points. On est venus avec un plan très ambitieux ici: pas seulement défendre, créer des espaces pour lancer des contres, on l'a fait presque parfaitement. (...) En deuxième période on aurait pu avoir plus de courage, plus d'occasions. C'est vrai qu'on en a eu, mais le Real Madrid a dominé la deuxième période même si Areola a sauvé une grande opportunité. Si on était restés à onze, on aurait pu récolter les trois points. (...) On connaît les qualités de l'adversaire, ce sont des joueurs avec beaucoup d'expérience alors que la plupart de mes joueurs faisaient leurs débuts et ils ont très bien joué, franchement. (Sur le statut de favoris du Real et du PSG dans le groupe A) Si on regarde l'effectif, les joueurs qu'ils ont, il y a un monde de différence. Mais on ne doit pas se centrer sur les autres équipes, on doit se centrer sur nous-mêmes." (Belga)