Les négociateurs de Londres et Bruxelles ont dégagé un accord jeudi sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, que le premier a quittée fin janvier dernier. A quelques jours de la fin de la période de transition (31 décembre), les deux camps ont passé la nuit de mercredi à jeudi à négocier pour dégager in extremis un accord, dont les dernières pierres d'achoppement concernaient la pêche.Peu avant 16h00, un porte-parole de Downing Street a confirmé qu'un accord est finalisé. Quelques minutes plus tard, le Premier ministre britannique Boris Johnson a tweeté un "The deal is done" accompagné d'une photo de lui-même les deux pouces levés. C'est "une nouvelle fantastique pour les familles et entreprises de tout le Royaume-Uni. Nous avons signé le premier accord de libre-échange basé sur un principe de 'zéro tarifs et zéro quotas' jamais obtenu avec l'UE. C'est le plus gros accord commercial bilatéral signé par chacune des deux parties, couvrant un commerce valant 668 milliards de livres en 2019", selon une déclaration du gouvernement britannique relayée par la BBC. Lors d'une conférence de presse de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du négociateur en chef pour l'UE Michel Barnier, la cheffe de l'exécutif européen a fait part de sa "satisfaction tranquille" et de son "soulagement". "Nous avons un bon deal", a-t-elle assuré. Il est "juste" et "équilibré". "C'était la bonne chose à faire, la chose responsable, pour les deux parties." Selon l'Allemande, l'accord garantira une concurrence équitable entre entreprises de part et d'autre de la Manche. "Nous aurons des outils efficaces pour réagir en cas de distorsion de concurrence qui aurait des impacts sur nos échanges", indique-t-elle. Par ailleurs, "nous continuerons à coopérer avec le Royaume-Uni dans tous les domaines d'intérêt mutuel", comme la sécurité ou le transport. (Belga)