Si l'absentéisme pour cause de maladie a diminué depuis la fin du mois d'avril, la pénurie de personnel reste d'actualité dans les maisons de repos et de soins, analyse lundi le spécialiste des ressources humaines SD Worx. Au cours de la dernière semaine d'avril (semaine 18), l'absentéisme pour maladie de moins d'un mois est redescendu à 3,7%, alors qu'il dépassait la barre des 7% en mars, au cours des semaines 12 à 15. "Une baisse qui s'explique de toute évidence par l'amélioration du matériel de protection et l'aplatissement de la courbe", explique Leen Van Lerberghe, experte juridique chez SD Worx. "La hausse du taux de soins entraîne la nécessité pour les établissements de santé de trouver une solution flexible, sans trop d'administration, qui permette de déployer davantage de soins spécialisés du jour au lendemain", pointe de son côté Valérie t'Serstevens, Sr. Legal Consultant au sein de l'entreprise. "Même si les employeurs souhaitent anticiper rapidement, les nouvelles solutions doivent être en règle sur le plan juridique. Les conditions de rémunération et de travail diffèrent d'un employeur à l'autre", ajoute Leen Van Lerberghe, selon qui de nombreuses questions se posent également sur l'application adéquate des heures supplémentaires volontaires, dont le nombre autorisé a été augmenté temporairement par le gouvernement pour les secteurs critiques. Selon SD Worx, l'échange de personnel et ces heures supplémentaires volontaires restent toutefois des solutions pour soulager les équipes en place même si certains points juridiques ne peuvent être ignorés. (Belga)