Le Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin a remporté samedi son plus important test électoral depuis son arrivée au pouvoir grâce à une courte victoire lors d'élections dans l'Etat de Sabah (est) sur l'île de Bornéo, un succès qui devrait consolider sa position fragilisée dans un contexte de crise politique. Selon des analystes, une défaite dans cet Etat aurait signifié pour Muhyiddin Yassin la fin de la coalition gouvernementale controversée arrivée en mars au pouvoir sans avoir été élue. Les élections dans l'Etat de Sabah ont eu lieu quelques jours après que le dirigeant de l'opposition Anwar Ibrahim eut tenté de renverser le gouvernement de M. Muhyiddin, affirmant disposer du soutien d'un nombre suffisant de membres du parlement pour accéder au pouvoir. Le pays d'Asie du Sud-Est est en proie à une crise politique depuis la chute en février du gouvernement réformiste de l'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad qui comprenait Anwar Ibrahim, et l'arrivée au pouvoir de Muhyiddin Yassin. Les adversaires du gouvernement, qui ne dispose que d'une très courte majorité au parlement, l'accusent de manquer de légitimité. Les élections dans l'Etat de Sabah ont été convoquées après qu'un allié de M. Muhyiddin eut tenté de prendre le contrôle du gouvernement local dirigé par l'opposition. Plutôt que de céder le pouvoir, le chef du gouvernement de cet Etat a dissous son assemblée. A l'issue d'une âpre campagne, une coalition des partis soutenant le gouvernement national a remporté 38 sièges sur les 73 de l'assemblée de l'Etat de Sabah. L'opposition a remporté 32 sièges, et des candidats indépendants, les sièges restants. Bien que ces résultats n'aient pas d'impact direct sur l'équilibre des forces au niveau national, ils ont valeur de test décisif pour M. Muhyiddin. Si le score électoral avait été défavorable pour ce dernier, ses partenaires au sein de la coalition auraient retiré leur soutien au gouvernement, ce qui aurait entraîné la convocation d'élections nationales. (Belga)