Des mandats d'arrêt ont été émis à l'encontre des 25 suspects poursuivis dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, a indiqué mardi une source judiciaire libanaise à l'AFP, quatre semaines après le drame. Les autorités judiciaires avaient déjà émis des mandats d'arrêt à l'encontre de 21 suspects dans l'explosion du 4 août, qui a fait au moins 188 morts, plus de 6.500 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale. Mardi, le juge d'instruction chargé de l'enquête, Fadi Sawan, a émis des mandats d'arrêts à l'encontre de quatre nouveaux suspects après leur interrogatoire, selon une source judiciaire. Il s'agit du chef des services de renseignements militaires au port, d'un officier de la Sécurité de l'Etat, et deux membres de la Sûreté générale, a précisé cette source. La gigantesque déflagration qui a secoué la capitale libanaise avait été imputée par les autorités au stockage depuis six ans sans mesures de précaution d'une énorme quantité de nitrate d'ammonium dans un entrepôt au port de Beyrouth. Les circonstances de l'explosion ne sont cependant toujours pas connues. Selon des sources de sécurité, des travaux de soudage à l'entrepôt auraient causé un incendie qui a provoqué l'explosion. (Belga)