Mauritanie: l'ex-condamné à mort pour blasphème est arrivé en Europe

Publié le à DAKAR (SEN)

Un blogueur mauritanien initialement condamné à mort pour blasphème et libéré la semaine dernière, Mohamed Cheikh Ould Mkheïtir, a trouvé refuge "en Europe" après plus de cinq années de détention pendant lesquelles il n'a "vu le soleil que six fois", a indiqué lundi la branche sénégalaise d'Amnesty International.Remis en liberté le 29 juillet, M. Ould Mkheïtir, 36 ans, avait quitté le soir même la Mauritanie "pour des raisons de sécurité". Après une étape de quelques jours au Sénégal, il est "arrivé en Europe pendant le weekend", a précisé Amnesty Sénégal dans un communiqué, sans dévoiler son pays d'accueil. "Pendant cinq années de prison, je n'ai vu le soleil que six fois", a déclaré le blogueur, cité par Amnesty. "Tellement de choses ont changé ces cinq dernières années. Il faut encore que je m'adapte à la vie hors de prison", a-t-il ajouté, en indiquant espérer reprendre des études. Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheïtir, accusé de blasphème pour un article dénonçant l'utilisation de la religion pour justifier certaines discriminations dans son pays et détenu depuis janvier 2014, avait vu sa condamnation à mort pour "apostasie" ramenée en appel à deux ans de prison en novembre 2017, après avoir exprimé son repentir. Il aurait donc dû être remis en liberté, mais il avait été maintenu en détention administrative, pratiquement à l'isolement, jusqu'à sa libération la semaine dernière après s'être à nouveau publiquement repenti. Le nouveau président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui a succédé jeudi à Mohamed Ould Abdel Aziz, "doit garantir que ce qui est arrivé à Ould Mkheïtir n'arrivera plus à personne", a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagne en Afrique de l'Ouest pour Amnesty International. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.