La Turquie a annoncé jeudi l'extension de la mission de son navire de recherche sismique Oruç Reis dans une zone riche en gisements gaziers en Méditerranée orientale revendiquée par la Grèce, au risque d'aggraver des tensions déjà vives. "Les activités sismiques (...) se dérouleront du 27 août au 1er septembre", a annoncé la marine turque dans une notice maritime (Navtex). Le déploiement initial de l'Oruç Reis au Sud de l'île grecque de Kastellorizo le 10 août avait suscité l'ire d'Athènes et déclenché une escalade des tensions toujours en cours. La découverte d'importants gisements gaziers ces dernières années a aggravé des disputes anciennes entre la Grèce et la Turquie à propos de leurs frontières maritimes. "Nous continuerons ces activités (de recherche d'hydrocarbures) aussi longtemps que ce sera nécessaire. Il n'y a pas de date limite", a affirmé jeudi le ministre turc de la Défense Hulusi Akar dans un entretien à l'agence de presse étatique turque Anadolu. La marine turque a aussi indiqué jeudi qu'elle mènerait des "exercices de tir" le 1er et le 2 septembre au large d'Iskenderun, dans une zone située au Nord-Est de l'île de Chypre. Malgré les appels à la désescalade, des manoeuvres militaires rivales, incluant d'un côté des navires de guerre turcs et américains, et de l'autre des bâtiments grecs, chypriotes, français et italiens, ont eu lieu mercredi en Méditerranée orientale. Ces manoeuvres militaires rivales "doivent cesser" pour permettre le dialogue entre Athènes et Ankara, a estimé jeudi Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères. Berlin est engagé dans une médiation pour résoudre la crise liée à l'exploitation de zones maritimes riches en hydrocarbures. (Belga)