Le département du Commerce des Etats-Unis a décidé jeudi de reporter l'application d'un décret qui aurait interdit la plateforme de vidéos légères TikTok sur le sol américain d'ici la fin de journée, selon des informations du Wall Street Journal. Cette mesure, signée mi-août par Donald Trump, oblige ByteDance, le propriétaire chinois de TikTok, à vendre les activités américaines de la plateforme sous 90 jours, au nom de la "sécurité nationale des Etats-Unis". Le président américain sortant accuse depuis des mois, sans preuve, la très populaire application de siphonner les données des utilisateurs américains au profit de Pékin. Après des négociations avec plusieurs entreprises, ByteDance et TikTok ont proposé de créer une nouvelle société impliquant le groupe informatique Oracle en tant que partenaire technologique aux Etats-Unis et le géant de la distribution Walmart en tant que partenaire commercial. Le projet semblait convenir à l'administration américaine, mais la plateforme attend toujours le feu vert. Selon le Wall Street Journal, le département du Commerce assure que l'interdiction n'entrera pas en vigueur "dans l'attente de nouveaux développements juridiques." Contacté par l'AFP, le ministère n'a pas répondu dans l'immédiat. TikTok a déposé mardi une requête auprès d'un tribunal de Washington pour empêcher la mise en oeuvre du décret présidentiel. L'application est également menacée d'interdiction par un second décret, signé lui début août. Mais fin octobre, une juge de Pennsylvanie, saisie par trois créateurs de contenus de TikTok, a ordonné à l'administration américaine de ne pas empêcher d'autres entreprises de fournir des services essentiels à la plateforme, comme l'hébergement en ligne. (Belga)