La chancelière allemande Angela Merkel a dit vendredi s'attendre à une évolution de la pandémie de nouveau coronavirus "encore plus difficile" dans les prochains mois en automne et hiver. "Certaines choses seront probablement plus difficiles au cours des prochains mois qu'elles ne le sont en été", a prévenu la chancelière, dont la gestion de la pandémie a été jusqu'ici saluée, lors d'une conférence de presse à Berlin. "Nous devrons vivre avec ce virus pendant longtemps encore (...) La situation reste grave. Prenez-le au sérieux", a-t-elle ajouté. "Nous avons tous bénéficié de liberté et d'une protection relative contre les aérosols pendant l'été", quand la "vie en plein air" est possible, a-t-elle souligné, mais la donne risque de changer désormais. "Tout ne sera pas comme avant la pandémie, elle nous frappera durement et de façon existentielle", a aussi mis en garde Mme Merkel. L'Allemagne est confrontée comme nombre d'autres pays européens à une hausse des cas de Covid-19 ces dernières semaines. Elle enregistre en moyenne autour de 1.500 nouveaux cas quotidiennement, au plus haut depuis fin avril. Le record remonte à début avril avec 6.000 cas. L'Allemagne comptait au total vendredi 239.507 cas officiellement recensés d'infections au nouveau coronavirus (+1.571 en 24h) et 9.288 décès (+3), selon l'institut de veille sanitaire Robert Koch. Cette dégradation ces derniers jours, en partie imputée au retour de vacances, a poussé le gouvernement et les régions à prendre jeudi de nouvelles mesures de restriction comme la limitation des rassemblements privés ou la mise en place d'amendes pour non-port du masque. (Belga)