Les relations homosexuelles ne peuvent toujours pas être bénies par l'Église catholique, a déclaré cette semaine la Congrégation de la doctrine de la foi. L'évêque d'Anvers Johan Bonny compatit avec les couples homosexuels fidèles qui sont déçus. "Je suis profondément embarrassé par mon Église", a déclaré Mgr. Bonny dans une tribune publiée mercredi dans De Standaard.Mgr. Bonny ressent surtout une incompréhension intellectuelle et morale. "Je tiens à m'excuser auprès de tous ceux pour qui cette réponse est douloureuse et incompréhensible: les couples homosexuels engagés fidèles et catholiques, les parents et grands-parents de couples homosexuels et leurs enfants, le personnel pastoral et les conseillers des couples homosexuels. Leur douleur pour l'Église est la mienne aujourd'hui." Sur Radio 1, Mgr. Bonny a déclaré que les évêques belges se posent tous de grandes questions sur ce qui les attend. Et s'il craint une sanction du Vatican après sa tribune ? "Nous verrons cela. À certains moments, il faut prendre ses responsabilités. En tant qu'évêque d'Anvers, je suis responsable de la crédibilité de l'épiscopat catholique dans notre pays. À la lumière de cette responsabilité, je n'ai pas d'autre choix que de répondre." Le Vatican avait réaffirmé lundi la doctrine de l'Église catholique considérant l'homosexualité comme un "péché" et confirmé l'impossibilité pour les couples de même sexe de recevoir les sacrements du mariage, réservés à "l'union indissoluble entre un homme et une femme". (Belga)