Parti dans le Poggio, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) est passé très proche de gagner Milan-Sanremo pour la seconde année de rang. Le Français a finalement dû s'avouer vaincu, battu dans un sprint à deux par Wout van Aert (Jumbo-Visma). "C'est un peu frustrant mais je n'ai pas de regrets à avoir", a déclaré le Français, bien plus saillant que samedi dernier lors de sa course de reprise aux Strade Bianche. "J'ai créé encore du mouvement dans le Poggio, j'ai tenté de faire la différence tout seul mais dans la descente je sentais que j'avais passé la limite. J'ai attendu Wout (Van Aert), j'ai essayé de jouer jusqu'au dernier kilomètre, j'ai arrêté de rouler et j'ai essayé de sortir le plus beau sprint possible. Je savais que ce serait difficile. A un moment on était côte à côte mais c'est le plus fort qui gagne. C'est quand même une surprise de passer aussi proche de la victoire, ça fait beaucoup de bien." Peter Sagan (BORA-hansgrohe) est lui une nouvelle fois passé proche de la victoire dans la Primavera. Le Slovaque, deux fois deuxième (2013, 2017), a terminé quatrième pour la quatrième fois (2012, 2015, 2019, 2020). "Je n'ai pas encore la condition que j'avais les années précédentes dans cette course. Ma forme va crescendo mais je ne suis pas encore au niveau pour répondre à Van Aert et Alaphilippe dans le Poggio", a avoué le triple champion du monde. "Je pense que ma saison commence au Tour de France cette année et, à mon avis, je suis sur la bonne voie. Cette fois, c'était plus long mais je dirais que c'était moins stressant. Le peloton a commencé à être nerveux après le Colle di Nava." (Belga)