Les syndicats mèneront lundi une action symbolique en front commun, de 13h00 à 14h00, devant les locaux d'Iriscare siutés rue Belliard, à Bruxelles. Une délégation pour le secteur du non marchand accompagnée de Saint-Nicolas y sera ensuite reçue (à 14h00) par des représentants du gouvernement bruxellois, a annoncé vendredi la CNE.Le syndicat chrétien et ses homologues socialiste FGTB et libéral CGSLB défendent une revalorisation structurelle conséquente des métiers du social et de la santé à Bruxelles afin de rendre ces professions à nouveau attractives et tenables. "La prime de 985 euros bruts pour les travailleurs du secteur social-santé à Bruxelles ne vaut que pour cette année 2020 et nous attendons toujours des investissements pérennes et durables pour réellement concrétiser les applaudissements de la population, qui a pu voir à quel point tous ces métiers sont essentiels à former une société solidaire", explique Vinciane Convens, coordinatrice de la CNE pour la non marchand à Bruxelles. "On parle de 30 millions à terme en 2024 et de 7,5 millions déjà en 2021 et cela ne nous paraît pas suffisant pour revaloriser le secteur", déplore-t-elle. Les syndicats demandent à se diriger vers un redressement de 100 millions annuels, avec des moyens déjà notables déboursés en 2021. Il était encore question, dans le cahier de revendications déposé en juin, d'une réduction du temps de travail par 6 jours de congé complémentaires et avec embauches compensatoires, du remboursement à 100% des frais de transport en commun, de l'amélioration des fins de carrières ou encore de la reconnaissance des professions dans les métiers lourds. Ces différents sujets seront abordés lors de la négociation de lundi après-midi. Si les moyens budgétaires ne sont pas revus à la hausse, un préavis de grève sera déposé, en signe d'ouverture d'un plan de mobilisation, pour couvrir un arrêt de travail le 15 janvier prochain. (Belga)