"Nous avons disputé une belle course d'équipe. Nous sommes tombés sur quelqu'un juste un peu plus fort. C'est dommage. La déception prévaut, surtout quand on est si proche. Mais on ne peut pas s'en vouloir", a analysé Tiesj Benoot à l'issue du championnat du monde de cyclisme. Le Gantois a fait un excellent travail pour son chef d'équipe. "C'était mon rôle aussi. En travaillant pour l'équipe belge, j'ai fait ce que l'on attendait de moi. Je pense que nous avons fait une course parfaite. Nous étions tout le temps devant et à deux tours de la fin, nous avons pris le contrôle de la course. Oui, c'était à la demande des leaders. Greg avait parlé à Wout et il voulait que nous prenions les choses en mains. C'est ce qui s'est passé. Nous avons contrôlé jusqu'à la dernière montée. Ensuite c'était place à Wout", a expliqué Benoot. "Bien sûr, c'est dommage, l'argent est amer, mais Wout m'a dit qu'il n'avait pas pu accompagner Julian quand il a creusé un petit écart. Alors le plus fort a gagné et il faut se résigner." "C'était un course éreintante. Le Danemark et la Slovénie ont rendu les choses difficiles, mais en tant qu'équipe, nous avons fait un super boulot et nous pouvons être fiers de nos performances. Non, nous n'avons pas pris la course trop tôt en mains. Au contraire. Nous avons mis Wout dans un fauteuil." Benoot a eu des problèmes de dos au Dauphiné et au Tour. "Je n'ai pas participé au championnat de Belgique pour avoir un peu plus de repos et cela a bien fonctionné. Je me suis bien senti, la condition est vraiment bonne et j'ai fait un pas de plus. J'attends avec impatience les quatre prochaines semaines avec les classiques", a conclu Benoot. (Belga)