Les quarantaines dans les pays d'Afrique et du Moyen-Orient menacent le transport aérien avec de possibles pertes et faillites de compagnies aériennes, a mis en garde jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata).Après la suspension des vols commerciaux par de nombreux pays pour contenir la propagation du nouveau coronavirus, certaines compagnies ont repris partiellement leurs activités mais avec des restrictions, comme l'obligation pour les voyageurs de se faire dépister ou être placés en quarantaine à l'arrivée. "Les mesures de quarantaine imposées par les gouvernements de 36 pays d'Afrique et du Moyen-Orient représentent à elles seules 40% de l'ensemble des mesures de quarantaine prise à travers le monde", a déclaré le vice-président de l'Iata pour l'Afrique et le Moyen-Orient, Mohammed al-Bakri, lors d'une conférence de presse virtuelle. Il a invité les gouvernements à trouver des alternatives à la quarantaine. Dans ses dernières prévisions publiées jeudi, l'Iata a estimé que les compagnies du Moyen-Orient devraient perdre environ 56% de leurs revenus et 55% des passagers cette année par rapport à 2019. "Les pertes continuent de s'accumuler, les compagnies continuent de saigner (...) C'est une situation anormale, elle ne peut être tolérée", a averti M. Bakri. La compagnie aérienne de Dubaï, Emirates, la plus importante du Moyen-Orient, a annoncé jeudi avoir remboursé quelque 517 millions de dollars au cours des deux derniers mois pour les clients ayant vu leur vol annulé en raison de la pandémie. (Belga)