Le président du Conseil européen, Charles Michel, a qualifié d'"inacceptable" l'interpellation de l'opposant russe Alexei Navalny à son arrivée à Moscou."J'appelle les autorités russes à sa libération immédiate", a-t-il écrit dimanche soir sur Twitter. Les services pénitentiaires russes (FSIN) ont confirmé dans un communiqué avoir arrêté M. Navalny, à qui ils reprochent d'avoir violé les conditions d'une peine de prison avec sursis dont il a écopé en 2014, alors qu'il se trouvait ces cinq derniers mois en convalescence en Allemagne suite à un empoisonnement présumé. Le FSIN a précisé que M. Navalny, 44 ans, "figure sur une liste des personnes recherchées depuis le 29 décembre 2020 pour de multiples violations de sa période probatoire". "Il restera en détention jusqu'à la décision du tribunal" sur son cas, ajoute-t-il, sans préciser à quelle date elle pourrait avoir lieu. Plusieurs proches alliés de M. Navalny ont également été arrêtés dimanche à Moscou. Charismatique militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin, M. Navalny estime qu'il a été en victime en août d'un empoisonnement par les services de sécurité russes (FSB) sur ordre du président Vladimir Poutine. (Belga)