La Commission nationale électorale indépendante du Niger (Céni) a annoncé jeudi le report au 13 décembre 2020 des élections municipales et régionales, sans cesse repoussées depuis 2016, et qui avaient été initialement programmées le 1er novembre."La Céni propose la date du 13 décembre 2020 qui répond à vos préoccupations et qui tient aussi compte de ses capacités logistiques et financières", a déclaré le président de la Céni Issaka Souna lors d'une rencontre avec les partis politiques. Début juillet, Issaka Souna a soulevé un tollé parmi des partis d'opposition et d'autres proches du régime en annonçant que les municipales et régionales ne pouvaient se tenir que le 17 janvier 2021, en raison notamment de "retard" accusé dans la confection du fichier électoral biométrique. Ces partis exigeaient des municipales et régionales avant le premier tour de la présidentielle, couplé aux législatives, qui est fixé au 27 décembre 2020. Les scrutins municipaux et régionaux avaient initialement été fixés au 9 mai 2016, mais ont subi de nombreux reports que les autorités ont justifiés par "la saison des pluies" ou "la nécessité impérieuse" d'élaborer "un fichier électoral biométrique". Pour permettre aux mairies de fonctionner, les mandats des élus locaux - élus pour cinq ans en 2011 - qui ont expiré depuis 2016, sont prolongés tous les six mois par le gouvernement, grâce à une loi votée par le Parlement. Depuis 2017, l'opposition refuse de siéger à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et conteste le nouveau code électoral élaboré, selon elle, sur une base "non consensuelle, sans sa participation", qui a été adopté en juin 2019 par le Parlement. Jeudi, l'opposition a encore réitéré son "exigence de la dissolution de la Céni". Un "dialogue" annoncé fin octobre 2019 par le pouvoir et l'opposition en vue "d'apaiser" le climat politique tendu n'a toujours pas commencé à six mois de la présidentielle. (Belga)