Le géant japonais du jeu vidéo Nintendo a annoncé mardi un partenariat avec l'américain Niantic, éditeur de l'application pour smartphone "Pokémon Go", pour le développement de jeux mobiles en réalité augmentée tirant partie des personnages de Nintendo.Le premier fruit de ce partenariat sera une application dans l'univers des jeux de stratégie Pikmin de Nintendo, mettant en scène de mignonnes créatures mi-végétales, mi-animales, qui devrait être lancée dans le courant de l'année, selon un communiqué commun. La réalité augmentée permet de superposer sur l'écran d'un smartphone des images et des animations à l'environnement réel du joueur, filmé en direct par la caméra arrière de l'appareil. "La technologie de réalité augmentée de Niantic nous permet de faire l'expérience d'un monde où les Pikmin vivraient secrètement autour de nous", a déclaré Shigeru Miyamoto, créateur des Pikmin et de nombreux autres personnages emblématiques de Nintendo comme Mario ou Donkey Kong, cité par le communiqué. "Ce partenariat pourrait être un moyen de répondre aux investisseurs qui regrettent que Nintendo n'ait pas réussi à générer beaucoup de revenus avec des applications smartphones", a estimé l'analyste Hideki Yasuda de Ace Research Institute, cité par Bloomberg. L'entreprise nippone, longtemps réticente à laisser ses personnages s'aventurer hors des consoles traditionnelles pour évoluer sur smartphone, a cependant lancé ces dernières années une dizaine de titres mobiles comme "Super Mario Run" (2016) ou "Mario Kart Tour" (2019). "Alors que nous continuons à étendre notre offre de jeux, faire équipe avec Nintendo était une étape naturelle", a déclaré le président fondateur de Niantic John Hanke. Son application mobile "Pokémon Go", alliant des mécanismes de géolocalisation à la réalité augmentée, a connu un grand succès depuis son lancement en 2016, encore amplifié par les modes de vie sédentaires adoptés depuis le début de la pandémie. L'application a ainsi généré plus d'un milliard de dollars sur les dix premiers mois de l'année dernière, faisant de 2020 son année la plus lucrative selon le cabinet d'études Sensor Tower. (Belga)