L'Office européen des brevets (OEB) a enregistré une hausse de 3,2% des demandes de brevets des entreprises, universités et centres de recherche belges l'année dernière, atteignant le chiffre record de 2.423, indique-t-il jeudi dans son baromètre annuel. Cette progression belge est supérieure à la moyenne de l'Europe des 28, fixée à 0,9%. D'après les statistiques du baromètre Patent Index 2019, les demandes de brevets en provenance de Belgique augmentent pour la deuxième année consécutive (+9,7% en 2018), après un repli en 2017 (-2,7%). "La solide croissance enregistrée au cours des deux dernières années illustre la force et la grande diversité du paysage de la recherche belge", commente António Campinos, président de l'OEB. Le secteur des transports, qui inclut l'industrie automobile, a enregistré la plus forte croissance des demandes de brevets belges (+51% par rapport à 2018), devant le segment technologies de revêtements et de surfaces (+40%) ainsi que celui des autres machines spéciales (+27%), qui comprennent les machines-outils et l'impression 3D. Les demandes ont également progressé dans les biotechnologies (+11,6) et l'industrie pharmaceutiques (+16,6%). Avec 306 demandes de brevets, le groupe Solvay reste le plus grand déposant belge auprès de l'OEB, suivi par le centre de microélectronique et de nanotechnologies IMEC (174 demandes), Umicore (89), la KU Leuven (70), l'Université de Gand (67) et Agfa (56). En 2019, la majorité des demandes provenait par ailleurs de Flandre avec une part de 64,2%. La Wallonie représente 20,7% du total et la région de Bruxelles-Capitale 15,1%. L'année dernière, l'OEB a reçu 181.000 demandes de brevets, en hausse de 4% par rapport à 2018. Il s'agit d'un nouveau plus haut historique. Les Etats-Unis restent le pays qui dépose le plus de brevets avec une part de 25%, suivis par l'Allemagne (15%), le Japon (12%), la Chine (7%) et la France (6%). Pour la première fois en une décennie, la communication numérique a enregistré le plus grand nombre de demandes de brevets déposées auprès de l'OEB, dépassant le segment des technologies médicales, secteur le plus actif en la matière depuis 2006. (Belga)