Une Guinéenne, Bintou Keita, et un Sud-Africain, Nicholas Fink Haysom, vont devenir respectivement émissaires de l'ONU en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, a-t-on appris jeudi auprès des Nations Unies.Pour la RDC, la nouvelle représentante onusienne, dont la nomination a été annoncée officiellement par l'ONU, aura à gérer l'une des plus importantes et difficiles opérations de Casques bleus menées dans le monde. Née en 1958, Bintou Keita était jusqu'à présent sous-secrétaire générale de l'ONU pour l'Afrique, après avoir été adjointe aux Opérations de maintien de la paix (2017). Elle a rejoint les Nations unies en 1989 et a notamment occupé des fonctions au Darfour (2015) et au Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Elle succédera en février à l'Algérienne Leila Zerrougui qui aura fait trois ans de mission en RDCongo. La mission de paix Monusco compte environ 15.000 Casques bleus, avec un budget annuel avoisinant un milliard de dollars. Son mandat a été renouvelé en décembre pour un an par le Conseil de sécurité de l'ONU avec une amorce prudente de désengagement étalé sur plusieurs années, sans échéance de fin établie. Le Conseil de sécurité a par ailleurs entériné jeudi le choix du secrétaire général Antonio Guterres d'affecter Nicholas Fink Haysom comme émissaire pour le Soudan du Sud en remplacement du Néo-Zélandais David Shearer, selon des diplomates. Né en 1952, Nicholas Fink Haysom a déjà travaillé pour l'ONU sur les dossiers du Soudan et du Soudan du Sud, et entre autres en Somalie dont il a été expulsé en 2019, accusé par le gouvernement d'ingérence dans les affaires intérieures du pays. La mission de paix de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss) est la plus coûteuse des opérations de Casques bleus menées actuellement par l'Organisation, avec un budget annuel dépassant le milliard de dollars. Ses effectifs autorisés sur le terrain atteignent 17.000 Casques bleus. (Belga)