L'ONU "exhorte à la retenue et à la nécessité d'éviter toute action qui pourrait mener à une aggravation des tensions dans la région" du Moyen-Orient après l'assassinat en Iran d'un scientifique du programme nucléaire iranien, a indiqué samedi le porte-parole de l'Organisation."Bien sûr, nous condamnons tout assassinat ou meurtre illégal", a ajouté Stéphane Dujarric, en réponse à une demande de réaction du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à cet événement vivement dénoncé par Téhéran qui a menacé de représailles. Dans une lettre au secrétaire général de l'ONU, l'ambassadeur iranien auprès de l'Organisation, Majid Takht Ravanchi, avait réclamé dès vendredi soir à Antonio Guterres et au Conseil de sécurité une condamnation claire de l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, chef du département recherche et innovation du ministère de la Défense. Dans ses dernières occupations, ce scientifique "supervisait le développement d'un vaccin" contre la pandémie de Covid-19, assure l'ambassadeur iranien dans sa missive. Mohsen Fakhrizadeh, 59 ans, a succombé à ses blessures après l'attaque menée contre sa voiture avec un véhicule chargé d'explosifs et une fusillade. Téhéran soupçonne Israël et les Etats-Unis d'être derrière son assassinat. (Belga)