Les Etats-Unis ont affiché jeudi leur "soutien" à la décision des Européens de retirer leur résolution contre l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique, et ont dit espérer que Téhéran accepterait désormais de "dialoguer" avec Washington."Nous espérons fortement que les Iraniens acceptent de dialoguer de manière à aboutir à des progrès concrets crédibles", a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse. Les Européens ont renoncé à leur résolution contre l'Iran à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour tenter de ramener Téhéran à la table des négociations avec les Etats-Unis, une avancée saluée par la République islamique. Les pays européens "ont décidé, avec le plein soutien des Etats-Unis, que la meilleure manière" d'avancer "était de s'abstenir de présenter le projet de résolution", a expliqué Ned Price. "Nous sommes satisfaits de l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs de l'AIEA", a-t-il ajouté, l'Iran ayant accepté des réunions techniques avec le "gendarme" onusien du nucléaire pour clarifier plusieurs questions en suspens. L'ex-président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, et a rétabli toutes les sanctions américaines. Le nouveau président Joe Biden s'est dit prêt à y revenir "si" l'Iran revient également dans les clous des restrictions à son programme nucléaire, dont il a commencé à s'affranchir. Washington réclame une réunion directe pour amorcer les négociations sur ce retour mutuel, mais les Iraniens semblent exiger une levée préalable d'au moins certaines sanctions, ou en tout cas un engagement des Américains à lever des sanctions dans la foulée d'une première rencontre. "L'Iran ne devrait rien attendre, car nous avons dit clairement que ce à quoi nous sommes prêts c'est à un dialogue constructif", a répondu Ned Price. "C'est la proposition qui est sur la table." Lors d'une telle rencontre, "nous pouvons discuter des différents sujets en jeu", a ajouté le porte-parole. (Belga)