Le nouveau président américain Joe Biden souhaite prolonger de cinq ans le traité américano-russe New Start sur la réduction des arsenaux nucléaires des deux pays, révèle jeudi le Washington Post sur la base des propos de deux fonctionnaires. L'information est également relayée par l'agence de presse allemande DPA.Le traité américano-russe New Start conclu en 2011 arrive à expiration le 5 février 2021. Il prévoit de limiter à 800 vecteurs (des missiles intercontinentaux) et 1.550 ogives nucléaires stratégiques les arsenaux respectifs de la Russie et des Etats-Unis - des chiffres qui excluent les armes nucléaires tactiques. L'administration du président Donald Trump n'avait pas réussi à s'entendre avec Moscou sur une éventuelle prolongation de ce traité New Start, le dernier grand accord régissant une partie des arsenaux nucléaires des deux grands rivaux géopolitiques. Mais le ministère russe des Affaires étrangères est immédiatement revenu à la charge, après la prestation de serment de M. Biden mercredi, soumettant une prolongation de cinq ans sans conditions. Le futur secrétaire d'Etat (ministre des affaires étrangères) de M. Biden, Antony Blinken, a déjà déclaré précédemment qu'il était en faveur d'une prolongation du traité. La Russie et les États-Unis contrôlent ensemble environ 90% de l'arsenal nucléaire mondial. Washington et Moscou disposaient en 2019 de plus de 6.000 ogives nucléaires chacun, contre 290 pour Pékin, 300 pour la Chine et 200 pour le Royaume-Uni, selon l'Arms Control Association, une organisation indépendante américaine. (Belga)