Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis va se rendre dans les zones touchées par un "cyclone méditerranéen", un phénomène rare pour la région qui a fait au moins trois morts, alors que les efforts de reconstruction ont commencé, a annoncé le gouvernement lundi. "Le Premier ministre se rendra mardi à Karditsa", ville du centre de la Grèce où des milliers de maisons ont été inondées, a déclaré la porte-parole adjointe du gouvernement Aristotelia Peloni à la la télévision publique ERT. Baptisé Ianos, cet ouragan méditerranéen ayant "des caractéristiques tropicales" a fait jusqu'ici trois morts et un disparu. Des centaines de personnes ont dû être secourues dans des bâtiments inondés, alors que des pluies torrentielles et de violentes rafales de vent ont dévasté des maisons, des magasins et des entrepôts dans des régions au nord d'Athènes. "Cinq mille maisons sont inondées et un tiers de la ville est privée d'électricité", a déclaré le maire de Karditsa Vassilis Tsiakos à la télévision publique ERT. Selon lui, il faudra au moins cinq jours pour remettre la ville sur pied. Des vols et des liaisons maritimes ont dû être annulés vendredi au moment où l'ouragan touchait les îles de la mer Ionienne. Torrents de boue, chutes d'arbres, coupures d'électricité et d'eau... la ville de Karditsa, à 300 km au nord d'Athènes, a été particulièrement touchée dans la nuit de vendredi à samedi par l'ouragan Ianos. Les "médicanes" sont de rares phénomènes météorologiques, qui n'ont été répertoriés par les experts que lors des quarante dernières années, selon Kostas Lagouvardos, directeur de recherche à l'Observatoire d'Athènes. "Les cyclones ou ouragans de Méditerranée ont des caractéristiques tropicales comme ceux de l'Atlantique, mais ils ont souvent un plus petit volume et sont moins intenses", a-t-il expliqué à l'AFP pendant le week-end. Ianos fait partie des plus forts "médicanes" enregistrés depuis le début des observations en 1969, a-t-il écrit dans un article dimanche. Le dernier "cyclone méditerranéen" de cette ampleur avait frappé la Grèce il y a deux ans, faisant deux morts sur l'île d'Eubée, près d'Athènes. (Belga)