Les partenaires de la majorité du parlement bruxellois (Ecolo-Groen-PS-Open VLD-DéFI-one.brussels) ont déposé mardi une proposition d'ordonnance spéciale visant à garantir une présence plus équilibrée de femmes et d'hommes parmi les ministres et secrétaires d'État régionaux.La proposition, déposée à l'initiative d'Ecolo, entend imposer la présence d'au moins un tiers de femmes et d'hommes au sein de chaque groupe linguistique du gouvernement bruxellois, en ce compris les secrétaires d'État régionaux. Le gouvernement de la Région bruxelloise a déjà intégré depuis plusieurs années cette recherche d'équilibre. Dans sa Déclaration de Politique Générale 2019-24, il s'engage ainsi à "garantir une égale représentation des femmes et des hommes dans l'ensemble des lieux de décisions bruxellois". Il apparaît toutefois nécessaire de l'inscrire formellement dans l'ordre juridique pour prévenir tout oubli ou recul en la matière, soulignent les partis de la majorité. La proposition d'ordonnance spéciale a été déposée au Conseil d'État pour avis et afin de vérifier la sécurité du dispositif. "Après le vote de l'ordonnance « tirette » visant à alterner le genre des candidats sur les listes électorales fin 2020, notre volonté aujourd'hui est d'assurer une présence équilibrée des membres de l'exécutif, dans le respect des spécificités institutionnelles bruxelloises. La parité doit maintenant aller de soi, que ce soit sur les listes électorales, au sein du Parlement ou au sein des exécutifs", a commenté John Pitseys, chef de groupe Ecolo. "La parité au sein du gouvernement doit être une réalité bruxelloise. Je me réjouis que l'on inscrive ce principe à travers ce nouveau cadre légal, qui pérennisera ce principe de fait", a ajouté Ridouane Chahid, chef de groupe PS. Pour son homologue du groupe Défi, Emmanuel De Bock, "même si c'est parfois étonnant de devoir rendre obligatoire la parité alors qu'elle est pratiquée par beaucoup naturellement, il n'en demeure pas moins que c'est un nouveau pas pour une société plus égale entre hommes et femmes. Le groupe DéFI qui avait été à l'initiative de la parité dans les collèges et au parlement se réjouit de son soutien à cette proposition". (Belga)