Le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (sp.a) a indiqué dimanche qu'il ne fallait pas attendre d'assouplissements notables du Comité de concertation prévu vendredi. "D'ici à trois semaines, le variant britannique du coronavirus sera dominant en Belgique et nous pourrons évaluer à quel point il est contagieux", a-t-il dit au micro de VTM.Le ministre indique pourtant qu'il ne faut pas craindre les nouveaux variants, si l'on continue de suivre les règles. "Nous avons construit une digue solide", affirme-t-il. "Le problème se pose si on a des trous dans la digue". Autrement dit: on ne peut envisager des assouplissements que quand on aura une meilleure vision de la propagation du variant britannique en Belgique, explique-t-il. Le Comité de concertation de vendredi sera important, en revanche, pour accorder les violons des différents gouvernements, faire des choix sur ce qui est prioritaire. Il faut aussi s'accorder pour faire appliquer strictement l'obligation de se faire tester en entrant en Belgique, ajoute-t-il. Quant à l'interdiction stricte des voyages non essentiels au-delà des frontières nationales, elle sera difficile à prolonger encore, par exemple jusqu'aux vacances de Pâques, au vu des recommandations européennes, indique le ministre socialiste. Mais cela reste "déraisonnable de voyager vers l'étranger", note-t-il. (Belga)