Les entreprises de livraison de repas Deliveroo et Uber Eats ne se rendent pas coupables de pratiques déloyales, estime l'inspection économique à l'issue d'une enquête, rapporte De Tijd mercredi.Les restaurants se sont plaints de coûts élevés et d'abus, si bien que l'ancien ministre des Classes moyennes et des Indépendants, Denis Ducarme (MR), avait transmis le dossier à l'inspection économique. L'enquête ouverte par celle-ci n'a pas permis de confirmer des problèmes dans le secteur. Deliveroo et Uber Eats n'ont pas augmenté - ni baissé - leurs pourcentages de coûts au cours de la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus. Les commissions sont négociées par restaurant et il y a diverses manières de collaborer. Si un client récupère lui même sa commande, Deliveroo ne prévoit pas de commission, un geste prévu comme une "mesure de soutien". Mais d'ordinaire, les commissions oscillent entre 30 et 35%. (Belga)