Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke ne voit pas de problème à ajouter une évaluation de la situation sanitaire à l'agenda du Comité de concertation du 18 décembre prochain, mais les chiffres ne semblent plus baisser suffisamment pour envisager des assouplissements, a-t-il indiqué sur le plateau de RTL-TVi (C'est pas tous les jours dimanche).Le nombre d'hospitalisations pour Covid-19 samedi était de 214, vendredi de 218, a-t-il rappelé. "Ce sont des chiffres très élevés et les hôpitaux sont toujours pleins à craquer", a-t-il ajouté en évoquant le risque d'un début de stagnation. La réunion du comité de concertation du 18 décembre ne prévoyait pas de discussion sur la situation sanitaire, et il était convenu qu'on reverrait les chiffres au tout début janvier, selon M. Vandenbroucke (sp.a). "Mais je ne vois aucun problème si des ministres-présidents veulent discuter de cela. On risque seulement de parler d'une stagnation (des chiffres) plutôt que d'une diminution", a-t-il fait observer. À ses yeux, il faudrait "un miracle totalement invraisemblable" pour que les chiffres diminuent avant Noël sous les seuils convenus d'une situation suffisamment sûre pour assouplir. "Mais je comprends la situation des coiffeurs et l'on discutera de tous les secteurs et des difficultés socio-économiques". Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), avait demandé samedi au Premier ministre d'inscrire au comité de concertation du 18 décembre une réévaluation des mesures concernant la bulle sociale durant les fêtes et la fermeture des salons de coiffure. Le PS souhaite lui aussi l'inscription de ce point au comité de concertation du 18. Si les chiffres le permettent, il n'exclut pas une réouverture pour certains métiers de contact, mais reste très réservé sur un assouplissement des restrictions pour les fêtes, selon le député Patrick Prévot. (Belga)