La citadelle inca de Machu Picchu, joyau du tourisme péruvien, a fermé ses portes ce lundi indéfiniment pour des raisons de sécurité en raison des protestations des habitants qui affectent le service ferroviaire, ont annoncé les autorités."En raison des manifestations annoncées dans le district de Machu Picchu et par souci de protéger l'intégrité de visiteurs, la llaqta (citadelle) de Machu Picchu ne sera pas ouverte à partir du 14 décembre jusqu'à ce que cette situation soit réglée", a déclaré la Direction régionale de la Culture dans un communiqué. Cette mesure intervient six semaines après la réouverture au public de la citadelle, qui avait été fermée pendant près de huit mois en raison de la pandémie de Covid-19. La suspension durera jusqu'à ce que cessent les protestations des habitants des villes de Machu Picchu et d'Ollantaytambo contre les compagnies de chemin de fer qui offrent des services dans la région. Les protestataires exigent des billets moins chers et une plus grande fréquence de trains entre Cuzco et Machu Picchu. Le train est le seul moyen de transport pour les touristes qui visitent la citadelle mais il est également largement utilisé par les habitants de la région. Les manifestations ont commencé mercredi et se sont intensifiées au cours du week-end avec l'occupation des rails, des affrontements avec la police et des menaces d'occuper la citadelle. Le 1er décembre, un mois après sa réouverture, le Machu Picchu avait augmenté sa capacité d'accueil de 40%, soit 1.116 visiteurs quotidiens, l'entrée étant gratuite jusqu'au 31 décembre. Avant la pandémie, entre 2.000 et 3.000 personnes visitaient quotidiennement la citadelle, et en haute saison, jusqu'à 5.000. Construite au XVe siècle, la citadelle de Machu Picchu a été inscrite en 1983 au patrimoine mondial de l'Unesco. (Belga)