L'ancien joueur de foot professionnel George Forsyth, en tête dans les sondages pour l'élection présidentielle du 11 avril au Pérou, a obtenu vendredi l'autorisation de se présenter au scrutin après une première décision contraire.Le Jury national des élections (JNE), l'autorité électorale, a annulé une décision de l'organe électoral de Lima qui avait interdit à George Forsyth de se porter candidat pour une omission dans sa déclaration de patrimoine. "Ils ne voulaient même pas qu'un nouveau parti, avec des jeunes, des gens d'expérience, postule, ou ose postuler", a déclaré l'ex-sportif en saluant la décision du JNE. Forsyth, né dans la capitale vénézuélienne Caracas il y a 38 ans, est devenu célèbre en étant le gardien de but du club Alianza Lima. Ce fils d'un diplomate péruvien et d'une Miss Chili a été élu en 2019 maire de La Victoria, un district de la province de la capitale. Il fait la course en tête dans les sondages mais sa cote a chuté: il recueillait 18% d'intentions de vote en décembre et désormais seulement 11%, un point devant l'ex-député Yonhy Lescano, selon l'institut Ipsos. Tous deux sont de centre droit. Derrière eux se trouvent deux femmes: la candidate à deux élections présidentielles Keiko Fujimori (droite populiste) et Veronika Mendoza (gauche), déjà candidate une fois au scrutin. Le JNE a également autorisé les candidatures de deux autres personnes auparavant empêchées de se présenter, notamment l'entrepreneur ultra-conservateur Rafael Lopez Aliaga, qui aime se faire appeler le "Bolsonaro péruvien", en référence au président brésilien d'extrême droite. Il recueille 3% des intentions de vote. Les Péruviens éliront le 11 avril parmi 18 candidats le successeur du président par intérim Francisco Sagasti, qui ne se représente pas. Le Congrès sera par ailleurs renouvelé, après plusieurs crises politiques depuis 2016. (Belga)