Donald Trump "fait passer son intérêt avant celui du pays" en abandonnant les négociations sur un plan d'aide économique aux Américains pour faire face au Covid-19, a accusé mardi la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi. Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a accusé Donald Trump de "tourner le dos" aux Américains.Le président américain a annoncé qu'il avait décidé de ne plus négocier sur ce coup de pouce budgétaire aux ménages et aux petites entreprises américaines jusqu'à après l'élection du 3 novembre, lors de laquelle il brigue un second mandat. "Une fois encore, le président Trump a montré ses vraies couleurs: faire passer son intérêt avant celui du pays, avec la pleine complicité des membres républicains du Congrès", a fustigé Nancy Pelosi dans un communiqué. L'administration Trump et le Congrès tentaient depuis plus de deux mois de se mettre d'accord sur un nouveau plan d'aide mais les négociations achoppaient sur le montant. Donald Trump a accusé mardi Mme Pelosi de ne pas négocier "de bonne foi". "Manifestement, la Maison Blanche est en plein désarroi", a-t-elle assuré. La décision de Donald Trump signifie que de nombreux Américains, dont ceux qui sont au chômage, des collectivités locales et des entreprises tels les hôtels, les compagnies aériennes, les bars et les restaurants, vont être confrontés à des difficultés financières dans les prochaines semaines. Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a quant à lui accusé Donald Trump de leur avoir "tourné le dos". "Ne vous y trompez pas: si vous n'avez pas d'emploi, si votre entreprise est fermée, si l'école de votre enfant est fermée, si vous voyez des licenciements autour de vous, Donald Trump a décidé aujourd'hui que rien de tout cela, absolument rien, ne lui importait", a renchéri M. Biden dans un communiqué. Certains secteurs très touchés, comme le tourisme et le transport aérien, ont d'ores et déjà annoncé des licenciements massifs: 32.000 personnes pour les compagnies aériennes American et United, ou encore 28.000 dans les parcs d'attraction Disney. L'organisation représentant le secteur aérien, Airlines for America, s'est dite "déçue" de l'incapacité des responsables politiques à se mettre d'accord sur un texte qui "aurait sauvé des dizaines de milliers d'emplois hautement qualifiés". En cours de soirée, le locataire de la Maison Blanche a toutefois appelé les parlementaires à s'entendre sur des mesures plus limitées. Il a d'une part exhorté les sénateurs et représentants à la Chambre à "approuver IMMEDIATEMENT" une aide de 25 milliards de dollars pour les compagnies aériennes ainsi qu'un plan de 135 milliards de dollars pour les petites entreprises. (Belga)