"La Belgique va remettre son plan de relance demain (vendredi) et nous serons parmi les premiers pays européens à le faire", a annoncé jeudi le secrétaire d'État à la Relance Thomas Dermine sur le plateau de l'émission 'Jeudi en prime' sur la RTBF.Ce plan était à rendre pour la fin du mois d'avril à la Commission européenne, déjà impliquée dans la révision des "brouillons" qui lui parviennent depuis octobre. De nombreux pays sont en retard, et cette date du 30 avril avait pris de plus en plus des allures de délai "indicatif", expliquait récemment une source européenne. La Belgique parviendra donc à tenir ce délai. Le point sera une dernière fois à l'ordre du jour du cabinet restreint (kern) demain/vendredi, a-t-on appris de source gouvernementale. Une communication détaillée devrait suivre. "C'est une prouesse. On l'a fait avec les partenaires sociaux et avec l'ensemble des gouvernements de ce pays", a commenté Thomas Dermine. "La commission a demandé que l'on vienne avec des projets que l'on puisse mettre en oeuvre rapidement. C'est pour cela qu'il y en a certains qui sont déjà connus. Il y a des projets qui vont dessiner le visage de notre pays dans le futur: on va construire une île énergétique en mer du Nord, un centre sur l'intelligence artificielle à Bruxelles, des écoles de biotechnologie en Wallonie !" Prévus pour la période 2021-2026, les investissements publics de ce plan à 5,9 milliards se concentreront donc en grande partie sur 2021 (1,107 milliard), 2022 (1,563) et 2023 (1,121), avait annoncé le secrétaire d'État mi-avril. En tout, 85 projets d'investissement ont été retenus ainsi qu'une vingtaine de propositions de réformes, a confirmé M. Dermine sur la RTBF. La part du lion revient, comme déjà annoncé, à l'infrastructure (transport, énergie, bâtiments, etc.): 56% des fonds prévus la concernent. "Investir dans les logements sociaux, dans les bâtiments et dans les écoles, c'est un excellent investissement", a justifié Thomas Dermine. "Vous augmentez le confort des utilisateurs et, en plus, vous réduisez l'empreinte CO2 et vous remettez des travailleurs à l'emploi dans le secteur de la construction qui jouera un rôle majeur." En outre, 28% des montants seront consacrés au numérique. "Le plan européen est une première brique dans le réinvestissement dans nos infrastructures", a-t-il conclu. (Belga)