La police antiémeute bélarusse OMON a arrêté massivement, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Minsk, des opposants pacifiques à l'autoritaire chef de l'État Alexandre Loukachenko. L'organisation de défense des droits humains Wesna parle de plus de 200 arrestations. Par ailleurs, un groupe d'une vingtaine de journalistes bélarusses et étrangers a été emmené au poste, jeudi soir, par la police pour un "contrôle d'identité", au moment où ils s'apprêtaient à couvrir l'action de l'opposition. Les forces de sécurité, affublés de masques noirs, ont encerclé la place de l'indépendance dans le centre de la capitale Minsk et ont arrêté de nombreux protestataires, pour la plupart des hommes. Des centaines de personnes y étaient rassemblées pacifiquement malgré l'interdiction de manifester. Alexandre Loukachenko a récemment annoncé qu'il prendrait des mesures fermes et systématiques contre les manifestants. Dans les jours qui ont suivi l'élection présidentielle controversée du 9 août, près de 7.000 personnes avaient été emprisonnées. La plupart d'entre elles ont été libérées quelques jours plus tard, en partie sous la pression internationale. La situation au Bélarus est très tendue depuis les élections présidentielles. Alexandre Loukachenko, qui a officiellement remporté la victoire avec 80% des voix, est confronté à un immense mouvement de protestation. (Belga)