Selon une enquête de l'entreprise de services RH Acerta et du bureau d'enquête Indiville auprès de plus de 2.000 collaborateurs, à peine 37% des sondés s'attendent à correspondre encore à leur travail d'ici cinq ans et 36% prévoient avoir toujours leur place chez leur employeur actuel. En outre, seul un Belge sur trois pense qu'il prendra encore plaisir à exercer son travail dans un avenir proche.Ce sentiment est principalement présent chez les collaborateurs de moins de 35 ans. En 2018, plus de la moitié des sondés (58%) étaient convaincus qu'ils resteraient en adéquation avec leur emploi encore quelques années. Le sondage révèle des résultats similaires pour l'affirmation 'Je conviendrai toujours à mon employeur actuel dans 3 à 5 ans': à peine 36% le pensent (contre 54% il y a deux ans). Et à peine trois sur dix pensent qu'ils seront aussi performants dans cinq ans qu'ils le sont actuellement. Il y a deux ans, ils étaient 6 sur 10. Bien que 2 collaborateurs sur 3 soient conscients du fait que leur employabilité ne durera pas en restant les bras croisés, les Belges ne passent que rarement à l'action. Au contraire, les chiffres de cette enquête montrent qu'un sur trois réfléchit à sa carrière et tente d'exploiter ses capacités de manière optimale. Par ailleurs, 30% des collaborateurs indiquent s'autoformer. Si un projet venait à se présenter, 1 collaborateur sur 4 (25%) se porterait candidat pour une tâche qui outrepasse sa fonction actuelle. Dans ce contexte, Acerta invite les organisations à miser davantage sur la rotation des emplois, c'est-à-dire des collègues qui échangent (temporairement) de fonction. (Belga)