Environ 5.500 personnes selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles et jusqu'à 10.000 selon les organisateurs ont défilé dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour manifester leur colère contre l'élite politique en place et leur soutien au PTB. Cette marche pour une autre politique intitulée "La grande colère" a rassemblé différents groupes venus de tout le pays, notamment des gilets jaunes, des femmes qui militaient pour l'égalité, des personnes âgées mobilisées pour une meilleure pension ou encore du personnel médical. Des slogans du type "Flamands, Wallons, Bruxellois, notre unité n'a qu'une seule voix" ou "Qui sème la misère récolte la colère" ont été scandés. "Le problème n'est pas le pays, mais la manière de faire de la politique", a déclaré le président du PTB Peter Mertens dans son discours aux participants. "Depuis 9 mois, ils ont décidé de nier le PTB et ses 580.000 électeurs", a souligné Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. "Alors que nous avons six fois plus de députés que Défi, nous n'avons pas été invité une seule fois par les informateurs. Comme seul parti national, qui a gagné les élections dans les 3 Régions du pays, nous avons pourtant des choses à proposer". Les deux représentants du PTB ont mis en avant la loi d'initiative citoyenne pour une pension minimum de 1.500 euros net que le PTB a déposée il y a 80 jours au parlement. Ils ont déploré le refus de réceptionner les 175.000 signatures récoltées en sa faveur et le blocage de cette proposition au parlement. (Belga)