Environ 38.000 décès ont été évités l'an dernier eu Europe, dont plusieurs centaines en Belgique, en raison d'une moindre pollution de l'air, elle-même due aux mesures de confinement et à l'essor des énergies renouvelables, selon une étude du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA), basé à Helsinki.Les auteurs de l'étude, basée sur les données de plusieurs milliers de stations de mesure de la qualité de l'air en Europe, estiment qu'une baisse de l'utilisation des énergies fossiles en Europe a conduit en 2020 à une réduction d'environ 14% du niveau moyen de pollution au dioxyde d'azote (NO2) par rapport à l'année précédente, à une baisse de 7% de la concentration de particules fines et à une baisse de 4% des niveaux d'ozone dans l'air, évitant de ce fait 37.813 décès dus à la pollution de l'air. On estime qu'annuellement la pollution de l'air est la cause de plus de 400.000 décès prématurés à travers l'Union européenne. En Belgique, les niveaux de dioxyde d'azote (NO2) ont diminué de 13% par rapport à 2019, les concentrations de particules fines (PM10) de 6% et le niveau d'ozone de 2%, estime l'étude du CREA. Cette baisse de la pollution aurait permis d'éviter près de 650 décès prématurés dus à la pollution de l'air l'an dernier dans notre pays. Pour Bruxelles, plus de 150 morts par million d'habitants auraient ainsi été évités, ce qui est un niveau assez bas par rapport à des villes comme Rome (plus de 550 décès évités par million d'habitants), Paris et Zagreb (plus de 420) ou Athènes (plus de 340). Pour la première fois dans l'Union européenne, les énergies renouvelables ont dépassé l'an dernier les énergies fossiles pour la production d'électricité, avec des niveaux de respectivement 38% et 37%. Le recours au charbon, particulièrement polluant et émetteur de particules fines, a chuté de 20% l'an dernier et la consommation de pétrole liée au transport a, elle, reculé de plus de 10%, rappelle l'étude du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur. Les auteurs de l'étude estiment encore que la diminution de la pollution de l'air a réduit en Europe le nombre de jours d'absence au travail de 10 millions, le nombre de cas d'asthme chez les enfants de 17.000 et le nombre de naissances prématurées de 4.700. (Belga)