Lech Walesa, icône de la lutte contre le régime communiste polonais dans les années 1980, a posté dimanche un message vidéo préoccupant sur sa santé où il annonce sont admission à l'hôpital, sans prévoir une date de sortie."Je vais entrer à l'hôpital. Ce qui vient ensuite, seul le temps le dira", a déclaré le lauréat du prix Nobel de la paix et ancien président polonais, âgé de 77 ans, dans cette vidéo diffusée sur Facebook. "Donc, comme je ne sais pas quand nous nous reverrons ou si nous nous reverrons tout court, j'aimerais dire que j'ai tout fait pour bien servir la nation", a-t-il ajouté sans donner de précisions d'ordre médical sur son état de santé. "A la prochaine, si le destin me permet de rester sur cette terre un peu plus longtemps. Sinon, priez pour moi", a conclu l'ancien leader charismatique du mouvement syndical Solidarité qui, en 1989, a mis fin pacifiquement au communisme en Pologne. Son secrétaire, Marek Kaczmar, a déclaré à l'AFP que Walesa entrait à l'hôpital pour un remplacement programmé de la pile de son pacemaker. "Mais il y a des complications (...). Il s'avère qu'une partie du fil qui se trouve dans le coeur est probablement cassée", a-t-il expliqué. "L'opération est prévue pour demain, à moins que les tests d'aujourd'hui ne montrent qu'il soit nécessaire d'intervenir immédiatement", a-t-il ajouté. Travaillant comme électricien de chantier naval dans la ville portuaire balte de Gdansk, Lech Walesa avait stupéfié le bloc communiste et le monde entier en prenant la tête d'un mouvement de grève de 17.000 ouvriers de chantiers navals en 1980. Le régime communiste avait été contraint de reconnaître, à contrecoeur, Solidarité comme le premier et le seul syndicat indépendant du bloc soviétique, comptant des millions d'adhérents dans toute la Pologne. Walesa avait reçu le prix Nobel de la paix en 1983 avant de devenir le premier président polonais démocratiquement élu de l'après-guerre, en 1990. (Belga)