Alors que les jeunes ont repris le chemin de l'école, "moins de 1% des bus TEC affichent complet", a affirmé le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry, lors de son audition, vendredi soir, en commission spéciale covid du Parlement de Wallonie. "Nous menons une monitoring quotidien avec l'OTW - l'organisme qui chapeaute le transport public au sud du pays. Jusqu'ici, il n'y a pas d'incident notable à signaler et moins de 1% des bus affichent complet", a-t-il indiqué. "Si nécessaire, des mesures ponctuelles, comme le dédoublement de certaines lignes, pourraient être prises mais il faut être conscient qu'aux heures de pointe du matin et du soir, on est déjà en utilisation maximale des capacités. Il n'y a donc pas grand chose que nous puissions faire", a poursuivi le ministre. "Comme dans d'autres structures, les transports en commun doivent apprendre à vivre et à fonctionner avec le risque sanitaire. C'est un équilibre à trouver. Mais pour l'instant, nous n'avons pas d'alarme particulière", a ajouté Philippe Henry en se félicitant par ailleurs de la concertation "régulière" avec les autres ministres du Transport et entre les sociétés de transport en commun des différentes Régions. "La crise a permis la mise en place d'une collaboration plus efficace", a-t-il souligné. Après Elio Di Rupo lundi, Willy Borsus et Philippe Henry ce vendredi, ce sera notamment au tour de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, d'être entendue, vendredi prochain, par les parlementaires régionaux. (Belga)