Le président russe Vladimir Poutine a indiqué mardi devant le Parlement à Moscou que la Cour constitutionnelle décidera s'il peut se représenter pour un nouveau mandat. Le chef du Kremlin s'est également dit opposé à des élections législatives anticipées, appelées de leurs vœux par plusieurs députés sur fond de profonde réforme constitutionnelle voulue par le président russe. La mesure devra être approuvée par la Cour constitutionnelle russe, a déclaré M. Poutine dans un discours télévisé à la chambre basse du Parlement. M. Poutine a jugé "possible" de "réinitialiser" le compteur limitant à deux les mandats présidentiels après l'adoption de la révision constitutionnelle, à condition que "les citoyens la soutiennent" et que "la Cour constitutionnelle confirme que ce ne soit pas contraire à la loi fondamentale". La constitution dans sa forme actuelle permet à un président de servir pour deux mandats consécutifs, ce qui signifie que Poutine devrait quitter la présidence dans quatre ans. Par ailleurs, il dit ne pas voir "de nécessité d'organiser des élections législatives anticipées", lors d'une allocution devant le Parlement. Les députés russes examinent mardi en deuxième lecture les amendements constitutionnels voulus par le président Vladimir Poutine, une réforme visant à marquer de son empreinte la Russie pour les décennies à venir. M. Poutine, 67 ans, est au pouvoir en tant que président ou premier ministre depuis deux décennies. (Belga)