Le président russe Vladimir Poutine a salué lundi la faible mortalité officiellement causée par la pandémie de coronavirus en Russie, assurant que son pays avait dans ce domaine fait bien mieux que les autres pays européens. "Dans l'ensemble, nous avons réussi à tourner cette page difficile avec un minimum de pertes", a-t-il déclaré au cours d'une rencontre avec les ouvriers d'un chantier naval à Kertch dans la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie en 2014. "Dans les pays avec un système de santé bien développé, les pays riches d'Europe, le taux de mortalité est de 8, 10, 11, 13, dans certains pays 15%. Nous avons 1,5%", a-t-il souligné. La Russie, quatrième pays mondial en nombre de contaminations après les Etats-Unis, le Brésil et l'Inde, a officiellement recensé à ce jour 777.486 cas de coronavirus, dont 12.427 décès. Si certains soupçonnent des manipulations, les autorités assurent que ce faible nombre de morts est le résultat d'une politique de dépistage massive et de mesures fortes prises dès le début de l'épidémie. Vladimir Poutine, qui ne portait comme ses interlocuteurs pas de masques durant cette rencontre, a estimé que le "niveau de formation" des médecins russes et "la capacité du pays à mobiliser ses ressources au bon moment" avaient permis ces bons résultats. Le président russe s'est également félicité que de récents évènements publics, comme la parade militaire organisée le 24 juin suivie d'une semaine de vote dans le cadre de la réforme constitutionnelle promue par le Kremlin, n'avaient pas provoqué de hausse des contaminations. "La menace est toujours là", a-t-il toutefois souligné alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens reste élevé. Lundi, la Russie a enregistré officiellement 5.940 nouveaux cas, passant sous la barre des 6.000 cas pour la première fois depuis fin avril. M. Poutine a d'ailleurs annoncé l'annulation du "régiment immortel", défilé rassemblant chaque année dans les rues des centaines de milliers de Russes portant des portraits de leurs aïeux ayant participé à la Seconde guerre mondiale. Prévu le 9 mai et décalé, il aurait dû se tenir le 26 juillet. (Belga)