Le président russe Vladimir Poutine a signé samedi la vaste réforme constitutionnelle devant lui donner le droit d'effectuer deux mandats supplémentaires, un amendement ajouté à la surprise générale cette semaine et vivement dénoncé par l'opposition, a indiqué l'agence officielle TASS. Le service d'information juridique officiel russe a publié sur son site Internet une loi de 68 pages récapitulant l'ensemble des changements constitutionnels, signe qu'ils ont été approuvés par le président russe. La réforme doit maintenant être validée par la Cour constitutionnelle dans un délai d'une semaine, selon la loi russe qui prévoit une procédure législative spécifique pour ce type de mesures. Le texte doit ensuite être définitivement approuvé lors d'un "vote populaire" prévu le 22 avril. La présidente de la Chambre haute du Parlement russe, Valentina Matvienko, a assuré samedi à la presse que le vote devait être maintenu "malgré les diverses inquiétudes liées au coronavirus". Ces dernières semaines, des spéculations affirmaient que le Kremlin procèderait à un vote en ligne, une éventualité dénoncée par l'opposition, qui craint qu'elle ne permette des fraudes massives. L'un des amendements, proposé mardi, doit permettre à Vladimir Poutine de remettre à zéro le nombre de ses mandats présidentiels, afin de lui donner le droit de se représenter en 2024 et en 2030. L'opposition russe a dénoncé une "usurpation du pouvoir". La réforme a été validée très rapidement par le Parlement. Elle renforce aussi les pouvoirs de l'exécutif et entérine une vision conservatrice de la Russie avec la mention de la "foi en Dieu" ainsi que le principe d'un mariage possible uniquement entre un homme et une femme. (Belga)