Près de 2.500 personnes ont pris part au premier baromètre cyclable de Liège. Il s'agit de la première enquête aussi large réalisée en Wallonie, a indiqué vendredi Patrick Jacquemin, pour le Gracq (Groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens) à Liège.A l'instar du baromètre des villes cyclables initié en France par la Fédération française des usagers du cycle, une dizaine d'acteurs liégeois du cycle se sont associés pour mener une enquête destinée à recueillir le ressenti des cyclistes par rapport à la cyclabilité de la ville de Liège. Tous les cyclistes fréquentant le territoire liégeois, qu'ils soient réguliers ou occasionnels, ont été invités à prendre part à cette enquête. Entre le 1er et le 30 novembre 2019, on a dénombré 2.459 participants. Il ressort de ce premier baromètre cyclable de Liège qu'une majorité de répondants étaient des hommes (59 %). De plus, sur l'ensemble des répondants, 80 % proviennent du territoire de la ville de Liège. Cette proportion a été analysée de manière à établir la mobilisation selon les quartiers. Il apparaît ainsi que le plus grand nombre de participants (238) sont établis dans le centre. Laveu et Saint-Léonard sont les deux quartiers suivants ayant connu le plus grand taux de participation. A l'inverse, ce sont dans les quartiers du Sart-Tilman, du Bois-de-Breux, de Glain et de Kinkempois où l'on a enregistré la moins forte mobilisation. Ce baromètre visait à refléter la satisfaction des cyclistes à Liège en vue d'établir "une science cyclable". Les résultats vont être communiqués aux autorités liégeoises et régionales en les encourageant à mener des actions répondant au besoin des usagers. Les partenaires annoncent leur intention de renouveler cette enquête tous les deux ans afin d'évaluer la situation et les améliorations apportées. (Belga)