Près de 3.000 entrepreneurs wallons ont signé, en moins de 24 heures, une lettre ouverte adressée au Comité de concertation qui se déroule mercredi. A l'initiative de l'UWE, de l'UCM, du SNI et des chambres de commerce de Wallonie qui ont rédigé cette lettre, ils demandent qu'on feur fasse "enfin" confiance et d'aller vers "une approche positive plutôt que coercitive, transversale plutôt que sectorielle".A l'instar des autres entrepreneurs du pays, les chefs d'entreprise ou indépendants wallons se disent "à bout". "Depuis le début, les indépendants et les entreprises ont tout mis en ?uvre pour respecter les règles dans l'espoir d'en sortir et dans l'attente qu'une vaccination efficace vienne enfin résoudre les problèmes de santé publique et d'économie. Mais, plutôt que de nous donner de l'espoir et de la perspective, vous nous imposez de nouvelles contraintes, de nouvelles exigences, de nouvelles tâches administratives (notamment la déclaration mensuelle relative au télétravail), sans aucune plus-value", lit-on dans cette lettre ouverte. Les entrepreneurs demandent qu'on leur fasse confiance et demandent les mesures "les plus utiles et les plus efficaces pour vivre et fonctionner avec le Covid, en dehors des approches strictement coercitives, et sans stigmatiser certains secteurs (entreprises, restaurants, culture, écoles, etc.)". "Il faut accepter l'ouverture et le fonctionnement de toutes les activités ayant mis en place les mesures adéquates, liées aux spécificités du lieu, sans autres contraintes, singulièrement administratives", disent encore les entrepreneurs. (Belga)